Le décrochage des filles en mathématiques dès le CP : une dynamique diffuse dans la société - institut des politiques publiques Access content directly
Preprints, Working Papers, ... Year : 2024

Le décrochage des filles en mathématiques dès le CP : une dynamique diffuse dans la société

Abstract

Présentation Les filles ont le même niveau en mathématiques que les garçons en début de cours préparatoire (CP) mais décrochent dès le milieu de cette première année d’école primaire alors qu’elles conservent un avantage sur les garçons en français. Le décrochage des filles en mathématiques se poursuit de sorte qu’à l’entrée au cours élémentaire première année (CE1), leur rang ou centile moyen (lorsque l’on classe les élèves en centiles selon leurs performances et où 100 est la plus haute valeur), passe de 50e en CP à 44e en fin de CE1. À partir de données de panel riches et exhaustives couplées avec des informations sur la catégorie socioprofessionnelle des parents, le corps enseignant dans chaque école, et les caractéristiques générales des écoles, cette note cherche à caractériser les décrocheuses et à mesurer les contributions respectives du milieu familial et de la scolarisation (l’école et les enseignants) pour expliquer l’émergence des écarts de performance observés en CP et en CE1. Les auteurs montrent que le décrochage des filles se produit sur l’ensemble du territoire, dans tous les types d’écoles et dans tous les milieux familiaux. Autrement dit, aucune configuration scolaire (école publique, privée, en réseau d’éducation prioritaire – REP – ou à pédagogie alternative) ni aucune configuration familiale (parents des catégories aisées, professions scientifiques ou familles homoparentales) ne permet d’éviter l’apparition d’un écart très tôt dans la scolarité en mathématiques en défaveur des filles. Résultats clés Cette note s’appuie sur les évaluations nationales standardisées administrées par la DEPP en début de CP, milieu de CP et en début de CE1 à plus de 2,5 millions d’élèves scolarisés en France entre 2018 et 2022. Alors qu’il est inexistant au début du CP, un écart en faveur des garçons apparaît et se creuse en mathématiques au cours du CP. Ce décrochage des filles est observé pour toutes les cohortes évaluées et pour la majorité des exercices évalués (additionner, lire des nombres, résoudre des problèmes, etc.). Les filles ont en revanche un avantage sur les garçons en français qui demeure globalement stable durant l’année de CP. Le décrochage a surtout lieu parmi les filles les plus performantes en début de CP (celles qui font partie du top 1%au début de CP). Ces filles perdent en moyenne près de 7 rangs en début de CE1 par rapport aux garçons appartenant au même centième initial. L’évolution de l’écart en mathématiques entre les garçons et les filles s’observe dans toutes les catégories sociales et configurations familiales, et sur l’ensemble du territoire. Le décrochage des filles par rapport aux garçons est moins important dans les classes incluant surtout des filles ou quand l’enseignant est une femme plutôt qu’un homme, et quand l’école est localisée dans une zone réseau d’éducation prioritaire plus (REP+). Ces caractéristiques liées à l’environnement scolaire ne parviennent cependant à expliquer qu’une une petite partie du décrochage global, ce qui suggère que la dynamique est commune à l’ensemble de la société.
Fichier principal
Vignette du fichier
n101_Note_IPP___decrochage_filles_mathematiques-4.pdf (9.51 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

halshs-04439217 , version 1 (05-02-2024)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-04439217 , version 1

Cite

Thomas Breda, Joyce Sultan, Parraud Lola Touitou. Le décrochage des filles en mathématiques dès le CP : une dynamique diffuse dans la société. 2024. ⟨halshs-04439217⟩
18 View
8 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More